//

Romans et récits

Blessures

Ce nouveau roman marque un changement radical de manière pour Ying Chen. Elle qui nous avait habitués à des livres intimistes narrés par une envoûtante voix féminine, elle nous donne ici un roman aux accents historiques et politiques sur la Chine révolutionnaire et ses liens avec l’Occident. Puisqu’il s’agit de Ying Chen, l’écriture reste bien sûr d’une constante retenue et d’une concentration exceptionnelle. Et si le protagoniste demeure anonyme – il s’agit d’un homme, cette fois, un Occidental né dans un pays vide et froid qui trouve la mort au cours d’une vaste guerre révolutionnaire en Asie, où il s’est porté volontaire à titre de médecin de campagne –, le lecteur ne peut s’empêcher d’y reconnaître la figure de Norman Bethune.

Renvoyant dos à dos le culte du héros romantique, comme on le chérit à l’Ouest, et les idéaux collectivistes, non moins romantiques, de la Révolution chinoise, ce roman perce à jour les discours, dégonfle la propagande, démonte le mécanisme de la cupidité qui engendre la violence. 

Cette œuvre de fiction, signée par une Chinoise qui vit au Canada depuis trente ans mais qui a gardé des liens étroits avec son pays d’origine, nous offre un aperçu saisissant de la façon dont quelques-uns des bouleversements les plus grands de l’histoire récente ont été vécus en Chine. En même temps, elle nous fait prendre conscience de la vanité de l’Occident, qui n’a de cesse de se précipiter pour « aider » les pays qu’il juge moins développés. Surtout, elle montre la tension permanente entre l’individu et la collectivité, met au jour les mécanismes profondément enfouis dans les consciences donnant secrètement naissance aux événements qui serviront plus tard à fabriquer l’«histoire officielle».


Autres informations

Découvrez-en davantage sur l'auteur Ying Chen en lisant cet entretien exclusif: http://bit.ly/2dndPbn

Parution : 4 octobre 2016, 168 pages
ISBN-13 : 9782764624487
Code barre : 9782764624487

19.95 $

Ce que la presse en dit

«Ying Chen propose un roman touffu, syncopé, qui réclame d'être apprivoisé. D'hermétique au premier abord, sa plume s'aère toutefois, ouvrant des espaces dans lesquels le lecteur finit par ressentir et mieux comprendre la Chine des années 30 (Bethune y est mort en 1939) et celle d'aujourd'hui. Fiction aux «accents historiques et politiques», Blessures a comme trame de fond la guerre sino-japonaise qui a fait rage en Chine entre 1937 et 1945. » Valérie Lessard, Le Droit

« Il n'y a pas de doute, Blessure est une oeuvre à la hauteur du grand talent de Ying Chen. » Jean-François Tardif, Le Soleil

« Roman d'introspection tout autant que roman au coeur de l'action. Très riche. [...] On est dans l'évocation. Longues phrases, habitées. Souffle puissant. On est dans du Ying Chen, tout simplement. » Danielle Laurin, Le Devoir

« Je suis vite tombé sous le charme de la prose de l'écrivaine, séduit par ces longues phrases en volutes qui retiennent leur souffle comme si une page ou deux racontaient une longue, une très longue journée dans le combat du docteur en faveur des malades. C'est la foi du médecin en l'être humain que Ying Chen nous communique finement grâce à son art d'écrire arrivé maintenant à un haut niveau de plénitude. » Jean-François Crépeau, Le Canada Français

« C’est très épuré. C’est une réflexion politique, une critique sociale de la guerre, de la médecine occidentale, de la capitalisation de la société chinoise. » Webster, Radio-Canada

« Par l’entremise du fantôme de Bethune, Ying Chen aborde plusieurs sujets à la fois tels que l’évolution de la Chine, le regard que porte l’Occident sur l’Orient, la guerre, l’endoctrinement et les aspirations que porte un individu. Les réflexions sont belles et profondes. Il faut prendre le temps de lire ce roman pour l’apprivoiser, autrement l’on risque de passer à côté de sa beauté. Une fois familiarisé avec le style, on ne peut que se laisser charmer par ce magnifique roman.» Karine Ruest-Pilote, Le Fil Rouge

« Un livre qui se démarque complètement de ce qu’elle a écrit auparavant. C’est absolument magnifique. D’abord, [Ying Chen] a une écriture superbe et j’ai trouvé très intéressant ce regard d’une Chinoise maintenant Canadienne sur cet homme Canadien devenu Chinois. […] Une précision, une élégance, une sobriété dans l’écriture. » Philippe Marcoux, Radio-Canada

« Un livre qui se démarque complètementde ce qu’elle a écrit auparavant. C’est absolument magnifique. D’abord, [YingChen] a une écriture superbe et j’ai trouvé très intéressant ce regard d’uneChinoise maintenant Canadienne sur cet homme Canadien devenu Chinois. […] Uneprécision, une élégance, une sobriété dans l’écriture. » Anne Michaud,Radio-Canada




Les Éditions du Boréal
4447, rue Saint-Denis, Montréal (Québec), Canada H2J 2L2
Tél: (514) 287-7401 Téléc: (514) 287-7664

Les photos des auteurs ne peuvent être reproduites sans l'autorisation des Éditions du Boréal.

Conseil des Arts du Canada Patrimoine canadien SODEC Québec