//

Romans et récits

Chronique de la dérive douce

Sorte de « compagnon » à L’Énigme du retour, ce roman, dont la première édition est parue à Montréal en 1994, raconte l’arrivée d’un jeune Haïtien dans la métropole québécoise au milieu des années 1970. Poursuivant son projet de réécrire son oeuvre en l’approfondissant, l’auteur nous donne ici une nouvelle version, entièrement remaniée et augmentée, de ce qui aurait pu s’appeler L’Énigme de l’arrivée, si ce titre n’avait été rendu célèbre par V.S. Naipaul.

Quand il s’est installé à Montréal, Dany Laferrière n’allait pas tant au devant de nouveaux horizons qu’il fuyait sa patrie où sa vie était en danger. Cette contrainte colore violemment la manière dont il voit le monde, et c’est cette vision chaotique qu’il partage ici avec nous. Le roman est composé de 360 fragments — qui prennent la forme de proses ou de vers libres, un peu à la manière de L’Énigme du retour —, à partir desquels le lecteur peut se former un portrait de la première année que le romancier a passée au Québec. Chacune des pièces de ce puzzle s’ajuste parfaitement aux autres pour souligner l’incertitude et la crainte qui taraude ceux qui ont quitté une terre bien-aimée pour sauver leur peau.

Chronique de la dérive douce est le premier « roman du Québec » de Dany Laferrière, et il inaugure un dialogue entre l’enfant du Sud et la terre du Nord qui dure encore aujourd’hui.


Autres informations

Vidéo : Entrevue de Dany Laferrière à propos de Chronique de la dérive douce
Vidéo : Dany Laferrière lit le début de Chronique de la dérive douce
Vidéo : «J’aime le mois d’avril…» extrait de Chronique de la dérive douce par Dany Laferrière

Parution : 5 avril 2012, 216 pages
ISBN-13 : 9782764621721
Code barre : 9782764621721

22.95 $

Ce que la presse en dit

« Des 360 instantanés qui constituent ce roman,l’adaptation aux us et coutumes de son nouveau pays est au cœur de ses histoires, entre autres
qu’ici la liberté s’exerce sans trop de considération,ce qui étonne le jeune homme qui a fui la dictature haïtienne. »
Jean-François Crépeau - Le Canada français

Marie-Louise Arsenault s'entretient avec Dany Laferrière au sujet de Chronique de la dérive douce.
Plus on est de fous, plus on lit

« Le texte entremêle, comme toujours chez l’écrivain, observations amusées, tensions érotiques, polaroïds sociopolitiques et dérive douce, quand les mots glissent du côté du rêve et que le boulevard Saint-Laurent débouche sur Port-au-Prince. »
Tristan Malavoy-Racine - Voir

« À l’été 1976, un jeune Dany Laferrière fuyant la dictature haïtienne met les pieds à Montréal pour y rester. Paru pour la première fois en 1994, ce superbe récit de son arrivée, écrit dans une prose poétique cousine de L’Énigme du retour, a été augmenté et entièrement remanié par l’auteur. »
Lisanne Rheault-Leblanc – 7 jours

« Chronique de la dérive douce est un roman poétique d’une grande richesse agrémenté, çà et là, d’humour réservé, d’instants de chagrin déchirants et de métaphores éminemment bien imagées. »
Éric Dumais - La Bible urbaine

« Derrière le sordide des conditions de vie d’un immigré noir dans une grande ville du Nord, un texte lumineux et optimiste s’impose, une sorte d’hymne au départ comme réinvention de soi. »
Bernard Quiriny - Evene.fr

[Entrevue à Médium large (SRC)]

« C’est le regard étonné, curieux, original et libre sur Montréal du jeune Haïtien ayant fui la dictature, alors qu’il ne tient rien de moins que sa vie entre ses mains. Moment crucial d’un homme qui décide de devenir " qui il est ".  »
Chantal Guy – La Presse

 « Premier " roman du Québec " de Dany Laferrière, Chronique de la dérive douce a ouvert, en 1994, le dialogue de l’auteur entre le Sud et le Nord. Son histoire d’amour vient d’être réécrite, approfondie, remaniée, dans une nouvelle version exceptionnelle, émouvante et très puissante. »
Marie-France Bornais - Journal de Québec
 
« Allez voir cette Chronique de la dérive douce, ça vaut vraiment la peine. »
Catherine Lachaussée - Radio-Canada/Ça me dit de prendre le temps

Entrevue à Retour sur le monde (SRC)

Sylvain Ménard s’entretient avec Dany Laferrière à On aura tout vu.

Les Éditions du Boréal
4447, rue Saint-Denis, Montréal (Québec), Canada H2J 2L2
Tél: (514) 287-7401 Téléc: (514) 287-7664

Les photos des auteurs ne peuvent être reproduites sans l'autorisation des Éditions du Boréal.

Conseil des Arts du Canada Patrimoine canadien SODEC Québec