//

Romans et récits

L'Heure mauve

Pourquoi ne pas opter, si on peut se les payer, pour le confort et la facilité ? Repas fournis, fauteuils de cuir blanc cassé dans le hall, vue imprenable sur le mont Royal, cela ne vaut-il pas mieux que de s’échiner à entretenir une maison ? C’est ce que croit Jacqueline Laflamme, grand reporter à la retraite, lorsqu’elle emménage au Bel Âge, élégante résidence pour « personnes âgées » à Outremont.

Le hic, c’est qu’il y a des règles dans une résidence. On ne peut pas, par exemple, s’asseoir avec qui on veut pour les repas. C’est ainsi que Jacqueline ne mange pas à la « table des six », qui représente la crème de la crème des pensionnaires.

Et il y a pire. Les atteints. Ceux qui n’ont pas eu la chance d’avoir un cancer et dont l’esprit sombre tranquillement mais irrémédiablement dans les ténèbres de la démence. Ils bavent en mangeant, reniflent, se font dessus. Bref, ils gâchent le plaisir de tout le monde. Est-ce pourtant une raison pour qu’on exige qu’ils soient exclus des repas et des activités de la résidence ? C’est ce que croit Pierre, le juge, qui fait pression auprès de Lucie Robitaille, la directrice de la résidence.

Mais Jacqueline Laflamme ne l’entend pas de cette oreille. Elle a encore ses principes, son sens de la justice, et elle dit non à l’apartheid chez les vieux. C’est donc la guerre qui éclate au Bel Âge. Et la guerre, elle connaît ça !

Parution : 17 octobre 2017, 376 pages
ISBN-13 : 9782764624975
Code barre : 9782764624975

27.95 $   /   21.00€

Ce que la presse en dit

« Dans son deuxième roman, Ouimet réfléchit sur les affres du vieillissement avec le regard lucide et incisif qui a fait sa renommée, et déploie une plume littéraire encore plus libérée et maîtrisée.» Samuel Larochelle, Huffington Post

«Si les passages où la triste réalité des résidences m’ont fait frémir, ce sont encore les passages où elle raconte des tranches de la vie d’avant des résidents qui m’ont le plus bouleversée. Comme on est vivant quand on n’est pas « vieux », avant l’Heure mauve… Michèle Ouimet signe ici un roman actuel qui nous renvoie à notre condition humaine, sans compromis avec la réalité. » Françoise Genest, Avenues.ca

« Un livre choral pour dépasser les clichées, pour dénoncer et pour rire aussi. » Mario Cloutier, La Presse

« C’est drôle, touchant. C’est bien écrit. Un regard lucide. Une plume acérée. » Claudia Larochelle, Radio-Canada

« Un livre que j’ai trouvé très bon, passionnant même ! Sous sa [Michèle Ouimet] plume, il y a une grande tendresse. Elle réussit à nous attacher à tous ses personnages. »  Alain Gravel, Radio-Canada

« Michèle Ouimet explore ici le vieillissement et cette possible sérénité à travers une galerie de personnages absolument succulents. [Elle] porte un regard extrêmement lucide sur la vieillesse, la vie en résidence, la solitude. C’est un portrait sans complaisance. Un très beau livre qui nous amène vers de franches réflexions. » Patricia Powers, Radio-Canada

« Un très intéressant roman. De très beaux personnages. Merci de si bien écrire. » Catherine Lachaussée, Radio-Canada

« Un roman très amusant, même très drôle. » Martin Vanasse, Radio-Canada

« C’est fascinant à lire ! C’est joliment écrit. C’est très intelligent, ironique. » René Homier-Roy, Radio-Canada

Les Éditions du Boréal
4447, rue Saint-Denis, Montréal (Québec), Canada H2J 2L2
Tél: (514) 287-7401 Téléc: (514) 287-7664

Les photos des auteurs ne peuvent être reproduites sans l'autorisation des Éditions du Boréal.

Conseil des Arts du Canada Patrimoine canadien SODEC Québec