//
Paco vit dans la Grande Maison au milieu d’un village qui ressemble au chaos. S’y mêlent ouvriers et paysans, pêcheurs et commerçants. Les mots de la langue du pays y résonnent, et aussi ceux d’une autre, brutale, sèche, que l’on enseigne du bout des lèvres à l’école. Heureusement qu’il y a les gros dictionnaires de Grand-Père où on peut découvrir ce que les mots veulent dire.

Quand la famille quitte le village pour la ville, c’est un chaos encore plus grand que Paco découvre. C’est un bouillonnement continu duquel fusent les cris « Vive la République! » et « Proletaris Unitat! » Une chance qu’il y a Concha, pour lui expliquer la politique, et lui révéler quelques autres mystères aussi. Et quand le chaos de la guerre emporte même ce chaos-là, Paco se retrouve jeté sur la route qui monte vers le nord, vers la montagne. Où l’attendent l’âme et le corps de Margarita.

Jacques Folch-Ribas donne ici un roman de guerre, qui est également un roman d’apprentissage, dont se dégage une infinie et déchirante nostalgie. Il y évoque une terre et une enfance, toutes deux irrémédiablement perdues, toutes deux inoubliables.

Parution : 25 janvier 2011, 152 pages
ISBN-13 : 9782764620847
Code barre : 9782764620847

18.95 $   /   14.00€

Ce que la presse en dit

« Un très très beau roman. Un roman magnifique qui se dévore. »
Chrystine Brouillet - Radio-Canada / Vous m’en lirez tant
Pour écouter l'entrevue, cliquer ici, à la 2e minute.

« Un roman très humaniste, très intime. C’est aussi un ouvrage qui trouve une grande résonance dans l’actualité politique actuelle. C’est aussi un hommage émouvant à la langue.»
Manon Trépanier, Radio-Canada/La Librairie Francophone

« Premiers émois et vie familiale sont dépeints avec tendresse et sensualité sur fond de tensions sociales. »
Lisanne Rheault-Leblanc, 7 jours
 
« L’écriture de Jacques Folch-Ribas est franche, direct, ce qu’il a dire ici c’est beaucoup de lui, de son histoire »
Julie Laferrière, TV5/Club Social

« Jacques Folch-Ribas a manifestement puisé très loin en lui pour ramener le souvenir ému et nostalgique d’un enfant pour qui il n’y a pas eu que la guerre, mais aussi l'émerveillement, le passage à l'âge adulte, l'initiation à l’amour, l'éveil à l’art et à la littérature. »
Josée Lapointe, La Presse

Les Éditions du Boréal
4447, rue Saint-Denis, Montréal (Québec), Canada H2J 2L2
Tél: (514) 287-7401 Téléc: (514) 287-7664

Les photos des auteurs ne peuvent être reproduites sans l'autorisation des Éditions du Boréal.

Conseil des Arts du Canada Patrimoine canadien SODEC Québec