//

Romans et récits

Le Vol de l'ange

Au Canada, contrée hivernale s’il en est, on appelle le « vol de l’ange » cet instant où marcheurs ou patineurs, ayant tout à coup perdu pied sur la glace, se mettent à battre des bras pour recouvrer l’équilibre. Gigue involontaire qui suscite l’admiration si l’on arrive à reprendre pied ; risées humiliantes et injustes si l’on tombe. On me dira que l’expression n’est pas très répandue, et pour cause : c’est moi qui l’ai inventée. Tout comme l’essentiel de ce roman.

Ce qu’il y a d’authentique ici, en revanche, c’est le rituel de la mise aux enchères des enfants et des âgés qui se pratiquait au Nouveau-Brunswick de 1875 à 1925, dans ces eaux-là. Cette tradition, inhumaine à première vue, avait du bon, paraît-il : les démunis, orphelins ou vieillards, évitaient ainsi l’orphelinat ou l’hospice, lieux peu recommandables à l’époque, et trouvaient un toit et du travail ; pour leur part, les fermiers y gagnaient une main-d’œuvre bon marché. D. P.

À partir de cette prémisse historique, Daniel Poliquin tisse un roman qui est une joyeuse méditation sur l’identité et sur le suprême voyage que constitue l’existence. Une traversée picaresque de l’Acadie d’autrefois, en compagnie d’un protagoniste au charme irrésistible, un orphelin mis aux enchères et qui se retrouve dans la même situation à la fin de sa vie.


Autres informations


Vidéo : Finaliste du Prix littéraire Trillium 2015, Daniel Poliquin présente Le Vol de l'ange.


Parution : 4 mars 2014, 320 pages
ISBN-13 : 9782764623206
Code barre : 9782764623206

25.95 $

Ce que la presse en dit

« L’auteur [nous convie] à cette fresque acadienne doublée de réflexions sur ce qui constitue l’individualité et l’identité : sujets philosophiques traités avec finesse d’esprit et une certaine légèreté, en donnant l’impression de ne pas trop y toucher. Du beau travail, admirablement servi par un écrivain en pleine possession de ses moyens. »
Stanley Péan - Les Libraires

« Je connais très peu d'oeuvres qui joigent à cette image du personnage atypique et marginal, dont la silhouette est à la limite de l'effacement, une prose aussi animée et joyeuse. Jamais chez Poliquin on ne s'ennuie, jamais on ne s'apitoie sur le sort du personnage. Poliquin est sans doute l'un de rares romanciers qui sachent si habilement amuser, divertir, faire rire, tout en étant drôlement sérieux. »
François Ouellet - Nuit blanche

« Avec adresse, Poliquin livre un roman un peu mélancolique, drôle, mais surtout profondément humain. Ce roman, c’est un peu de chaleur qui se glisse au creux de l’âme … »
Jean-Philip Guy - Les Libraires

« C’est un roman picaresque où l’on suit les pérégrinations de notre narrateur. Ce sont des aventures savoureuses. »
Hugues Beaudoin-Dumouchel - Bernier et Cie / Radio-Canada

« C’est instantané. Dès les premières pages, on embarque tout de suite dans le personnage. »
Maryse Jobin - RCI

« Toujours un bonheur de lire Daniel Poliquin. Un historien romanesque doué d'une écriture touchante. Un très beau roman et un plaisir pour le lecteur. »
Danielle Perreault - M 103,5 FM

« Un livre extraordinaire. […] Une histoire unique. À lire ! »
Danièle Grenier - Divines tentations / Radio-Canada

Cliquez pour lire l'entrevue de Daniel Poliquin dans Le Droit.

Les Éditions du Boréal
4447, rue Saint-Denis, Montréal (Québec), Canada H2J 2L2
Tél: (514) 287-7401 Téléc: (514) 287-7664

Les photos des auteurs ne peuvent être reproduites sans l'autorisation des Éditions du Boréal.

Conseil des Arts du Canada Patrimoine canadien SODEC Québec