//
Réfugiée perpétuelle, la jeune Cassy Peerson habite une voiture dans une petite ville de la côte californienne et travaille comme sirène dans une boîte de stripteaseuses. Ce n’est que sous l’eau qu’elle se sent en paix avec elle-même. Son récit fragmenté est construit autour d’un ensemble de personnages éclectiques et de retours en arrière vers un passé familial qu’elle aimerait mieux oublier. À travers des scènes où elle se confie à une tête en papier-mâché, on comprendra qu’elle ne peut mener beaucoup plus longtemps une vie de débauche où sexe et drogue occupent toute la place. Les émotions profondément enfouies en elle remonteront à la surface et elle devra confronter son passé, qui sera très littéralement mis à nu devant ses yeux.

Bien qu’il s’agisse ici de son premier livre, Merrick écrit avec la maturité de celle qui a assimilé les grands classiques, comme si Dorothy Parker avait capté le génie de William Faulkner. Avec des dialogues percutants et des personnages bien campés, Sextant est un brûlant portrait de la dysfonction et de la rédemption offert par une étoile montante de littérature canadienne-anglaise.

« Enfant de la rue, insolente, pur esprit, Cassy Peerson, l’héroïne de Sextant, premier roman de Maya Merrick, est une petite fille aux allumettes rompue à la vie de la rue, mais avec un stylet caché dans ses bas résille. Elle vous prend au collet comme un vieux marin meurtri aux cheveux platine. Elle vous convainc presque qu’elle se fout éperdument que vous écoutiez ou pas la harangue qu’elle prononce en bordure de la rue, mais vous la suivrez malgré vous jusqu’à la fin. Provoquant un rire acide à des moments inattendus, semé de passages splénétiques surréels, situé dans un no man’s land peuplé d’un bestiaire de travestis, de laisséspour- compte et de sirènes qui jettent leur peau, Sextant est un début éblouissant. » Taras Grescoe, auteur de The Devil’s Picnic


« Les réflexions du personnage, en apparence banales, sont chargées de vérité, ressemblent à un cri du cœur poignant qui vient faire sourire le lecteur tout en le laissant sans voix. Ces phrases qui nous prennent par surprise au détour d’un chapitre sont de véritables perles de lecture, des petits trésors qui changent notre vision du monde parallèle qui gravite autour, celui de la rue… »
Claudia Larochelle – Journal de Montréal

« Le défi dans Sextant, pour Maya Merrick, a été de raconter cette histoire de sorte que les lectrices et lecteurs la suivent jusqu’au bout, en évitant que la misère des personnages prenne le dessus et mène au découragement. En cela, elle a gagné son pari. […] on s’attache à Cassy; cette fille a une énergie, un esprit de révolte et une combativité qui nous donne envie, effectivement, de la suivre jusqu’au bout de la nuit. »
David Homel – La Presse
Pour lire l’entrevue

Traduit par : Lori Saint-Martin, Paul Gagné
Parution : 13 mars 2007, 344 pages
ISBN-13 : 9782764605271
Code barre : 9782764605271

25.95 $


Les Éditions du Boréal
4447, rue Saint-Denis, Montréal (Québec), Canada H2J 2L2
Tél: (514) 287-7401 Téléc: (514) 287-7664

Les photos des auteurs ne peuvent être reproduites sans l'autorisation des Éditions du Boréal.

Conseil des Arts du Canada Patrimoine canadien SODEC Québec